Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Le Louvre de la Troisième République (1870-1940)

incendie-louvre-et-tuileries

Anonyme

Panorama de Paris. Incendie des Tuileries, 24 mai 1871, Paris, musée Carnavalet

Confronté à des contestations intérieures, Napoléon III, faisant jusque-là preuve de neutralité dans la guerre austro-prussienne, pense redorer son blason en prenant activement parti. Sous le prétexte d’une candidature du prince de Hohenzollern au trône d’Espagne, il agite le spectre prussien et déclare la guerre. Ses prétentions démesurées, l’isolement de la France en Europe et l’impréparation de l’armée française mènent le régime au désastre. Dès le mois d’août 1870, sous la menace de l’armée prussienne, le ministre de la Guerre donne l’ordre de transporter les plus précieux tableaux et objets d’art du Louvre à Brest. Le 3 septembre, la défaite de Mac-Mahon et la captivité de Napoléon III provoquent la colère des Parisiens, qui réclament la déchéance de l’Empereur, prononcée le lendemain.

Contrairement aux précédents changements de régime, le Louvre et les Tuileries échappent aux pillages. Le 2 mars 1871, les Allemands entrent à Paris et pénètrent dans les deux palais. Le gouvernement se retire à Versailles. Le 26 mars, la Commune de Paris est proclamée. Le 21 mai 1871, l’armée de Versailles pénètre dans Paris. Dans la nuit du 23 au 24 mai, le palais des Tuileries, où s’étaient retranchés le général de la Commune Bergeret, le lieutenant Benot et les troupes insurgées, est arrosé de pétrole et incendié. Le feu s’étend au pavillon de Flore, aux bâtiments nouveaux de la Grande galerie, ainsi qu’au pavillon de Marsan et son aile immédiate, bordant la rue de Rivoli. Grâce à l’intervention du conservateur Henri Barbet de Jouy, le musée du Louvre et ses collections sont préservés.

louvre-pavillon-de-flore-2

Le pavillon de Flore (1864-66, restauré après l’incendie des Tuileries entre 1874 et 1880)

Dès 1874, les ailes extrêmes des Tuileries sont détruites, afin de permettre la restauration des pavillons de Flore et de Marsan. Des projets sont avancés pour sauvegarder la partie centrale de l’ancien palais des Tuileries, mais les députés de la Troisième République votent son entière démolition en 1882. 

Pour la décoration de la nouvelle face nord du pavillon de Flore, dégagée après la destruction des Tuileries, Hector Lefuel fait appel à Jules Franceschi, pour les figures du fronton. Il s’adresse à Jules Isidore Lafrance, pour les figures de La Prudence, au premier étage, et de La Loi, au deuxième étage, ainsi qu’à Noël Edme Antony Paul, dit Tony-Noël (1845-1909), pour le groupe de l’attique.

DSCF1703

Entre 1874 et 1878, Lefuel entreprend la reconstruction du pavillon de Marsan et de l’aile contiguë. Pour le pavillon de Marsan, il préfère élever un pendant exact au pavillon de Flore plutôt que de pasticher l’architecture de Le Vau.

Cette reconstruction entraîne le doublement, du côté de la cour, de l’aile construite par Percier et Fontaine, afin de rétablir une symétrie parfaite et de respecter l’axe de la perspective. Cet élargissement marque toutefois un décrochement disgracieux sur les travées plus anciennes élevées au milieu du XIXe siècle, qui ne sera jamais comblé.

louvre aile de marsan

Le pavillon et l’aile de Marsan, après leur reconstruction par Lefuel

Pour la façade tournée vers la cour du Carrousel, il abandonne l’ordre colossal que Fontaine avait retenu au début du XIXe siècle, sur l’exemple de Métezeau. Il reprend en miroir la façade intérieure de l’aile de Flore, qu’il avait reconstruite, au début des années 1860, elle-même inspirée des façades de Lescot.

statue-niche-aile-de-marsan

Pierre Alfred Robinet (1811-1878)

Guerrier romain, 1866 (initialement prévu pour l’aile de Flore), pierre, Paris, huitième travée gauche de l’aile Marsan du Louvre

Cette façade de l’aile Marsan présente un décor sculpté abondant : des statues en ronde-bosse occupent les niches du rez-de-chaussée et du premier étage, des reliefs encadrent les fenêtres du second étage et ornent les frontons à la base de la toiture.

.
 
12345...12

Humarfra |
Modelenumasc |
Ywad |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | site AP shakespeare
| Si Paisibles Âmes
| Ateliermanuelledesophie